roman policier historique

Frère et sœur… et époux !

Voilà un roman policier historique bien sympathique, même si dans un genre similaire, je considère les aventures de Frère Cadfaël mieux tournées et plus touffues. Sœur Fidelma est donc une religieuse atypique. En fait, elle est plus avocate que nonne, et surtout, elle est mariée… à frère Eadulf ! Nous sommes Lire la suite…

Happy !!!

Voilà quelques semaines, je vous faisais part de ma semi-déception après avoir terminé un opus d’Arnaldur Indridason, Lesarnaldur indridason nuits de Reykjavik. Mais je ne me suis pas avouée vaincue. Finalement, tout auteur peut avoir une petite baisse de forme, car sans être aussi impressionnant que les premiers livres, Les nuits de Reykjavik n’était pas si mauvais que ça.
Le même jour, j’avais également acheté Étranges rivages. Et là, oui ! Le maestro est de nouveau bel et bien présent.

4ème de couv. :
« Erlendur est de retour ! Parti en vacances sur les terres de son enfance dans les régions sauvages des fjords de l’Est, le commissaire est hanté par le passé. Le sien et celui des affaires restées sans réponse. Dans cette région, bien des années auparavant, se sont déroulés des événements sinistres. Un groupe de soldats anglais s’est perdu dans ces montagnes pendant une tempête. Certains ont réussi à regagner la ville, d’autres pas. Cette même nuit, au même endroit, une jeune femme a disparu et n’a jamais été retrouvée. Cette histoire excite la curiosité d’Erlendur, qui va fouiller le passé pour trouver coûte que coûte ce qui est arrivé…
C’est un commissaire au mieux de sa forme que nous retrouvons ici ! »

(suite…)

Par Agnesb62, il y a

L’imaginaire est la plus belle invention de l’être humain…

On évoque très souvent le jour de la sortie d’un livre. On parle beaucoup moins de celui où le livre est « enfin » terminé. Car ma question est : un livre est-il jamais achevé ?

Je viens d’envoyer à ma maison d’édition, les Éditions Hélène Jacob, le manuscrit qui sera peut-être mon prochain ouvrage éditéLogo EHJ par elle. Peut-être ? Parce que, fort logiquement, rien n’est jamais acquis et que le contenu doit satisfaire un comité de lecteurs exigeants.

J’avais fait une erreur sur la date à laquelle je devais rendre mon « devoir ». Je pensais qu’elle était fixée à début avril. Mon inconscient s’est rappelé à moi. Je l’aime bien mon inconscient… 🙂 Le 22 février, j’ai donc réalisé que le véritable délai était prévu au 3 mars. J’ai d’abord demandé une petite dérogation. Puis, bien que l’ayant obtenue, j’ai choisi de me donner à fond pendant dix jours et de ne penser qu’à l’achèvement de mon récit. Certes, il était quasiment bouclé. Quasiment seulement.

Je ne suis pas une fille très organisée. J’ai toujours l’impression que le temps est élastique. Du coup, je prévois moult choses à effectuer dans ma journée, ou ma semaine, et me retrouve parfois à devoir en faire plusieurs à la fois pour remplir les objectifs que je me suis moi-même fixés. Même si je me crée une planification, généralement assez légère, je me connais bien : la respecter est plus difficile. Et je suis pourtant la première à ressasser à mes coachés que les objectifs fixés sont de merveilleux boosters.

(suite…)

La problématique des héros récurrents

Je la connais un peu puisqu’en tant qu’auteure, je m’en suis créé un de toutes pièces. En même temps, dès mon second opus, je l’ai placé en retrait, lui faisant jouer un « second » rôle, comme si dès le départ je me méfiais de cet usage.

La problématique des héros récurrents

Voilà une quinzaine, je parlais de Simenon et de Maigret. L’auteur avait réussi, ce qui est rare en littérature, à faire de son personnage un vecteur pour parler des autres. Maigret, plus en observateur qu’en acteur majeur, que nous retrouvons de livre en livre sans avoir l’impression de lire toujours le même ouvrage.

Paradoxe. Car cette impression, je dois bien reconnaitre que je la recherche en partie lorsque je me « rue », ou plutôt me ruais sur le dernier Vargas, Mankell ou Indridason. Comme si je voulais retrouver un ami cher. Mais au fil des lectures de ces auteurs la sensation trop vive de « déjà-vu », ou plutôt de « déjà-lu » provoque à présent une forme de ras-le-bol, comme la petite musique de Modiano a fini par me « saouler »…

(suite…)

Par Agnesb62, il y a

Jules et Georges, ou Maigret et Simenon

Ouf ! Je viens d’achever la lecture du pavé de Pierre Assouline dédié à Georges Simenon.

Pavé qui reste cependant fort modeste si je compare à MA biographie de référence qu’est le Mahler de Louis-Henry de Lagrange (obsession, quand tu nous tiens… 😀 )

Pourquoi Simenon me direz-vous ? Parce que c’était un des auteurs fétiches de ma chère Maman, disparue voilà quelques semaines et que sa bibliothèque maigretregorge de Maigret et autres roman de l’écrivain. Et en effet, j’ai mémoire de ces après-midis entiers, l’été sous les arbres dans le jardin de notre maison de campagne, qu’elle passait à lire et relire ces œuvres.

Pour ma part, Simenon c’est avant tout Maigret et sa fameuse pipe. D’abord avec Jean Richard interprétant le rôle clé dans les fictions télévisuelles de mon enfance. Ma mère lui préférait Bruno Cremer, lorsqu’une nouvelle série fut retournée dans les années 90. J’en ai vu quelques épisodes. Il est vrai que l’ambiance y est toute autre et l’acteur assez génial. Simenon, c’est aussi une masse de films vus et revus, adaptés de ses romans : Le Chat, Le Train, Monsieur Hire, Betty, L’Ainé des Ferchaux, L’Horloger de Saint-Paul, La Veuve Couderc, Le Président, Maigret tend un piège, Maigret et l’affaire Saint-Fiacre, En cas de malheur, La Mort de Belle, ou plus récemment, Feux rouges… Excusez du peu, pêle-mêle, Delon, Gabin, Schneider, Desailly, Bouquet, Noiret, Belmondo, Bardot, etc.

(suite…)

Par Agnesb62, il y a

Quelques réflexions sur l’écriture…

J’ai la sensation que nous sommes toujours plus nombreux à écrire, quel que soit le style ou le genre de prédilection de chacun, que nous soyons célèbres ou anonymes.… Sans doute ce besoin a-t-il pris son essor avec la disparition des correspondances par courrier postal, remplacées par les nouveaux modes de communication numériques, twitt et autres courriels. Frustrés de ne plus pouvoir raconter notre vie de manière un tant soit peu littéraire, nous nous sommes découverts des vocations d’écrivains.

Que nous écrivions bien ou mal n’est pas mon sujet, toute forme d’art étant pas essenceecrire 1 subjective.

Je m’interroge plutôt sur les méthodes qui pullulent sur le web, expliquant de quelle manière écrire une fiction, trouver son sujet, bâtir son récit, préparer l’histoire et les personnages. La semaine passée, je me suis efforcée d’écouter un tutoriel sur ce sujet, réalisé par un auteur auto-édité. Il y avait de bonnes idées, mais le déroulé m’a semblé tellement lourd et « incontournable » que mon esprit a rapidement pris la tangente. Selon ce « formateur », il y avait UNE bonne méthode, hors cela, point de salut… Comme sa prose de surcroit ne m’a pas ébouriffée, j‘avoue avoir repris dans la seconde mes (mauvaises ?) habitudes.

(suite…)

Mes personnages : Victoire Meldec, chauffeuse de taxi

Je poursuis donc mon inventaire à la Prévert de mes personnages. C’est au tour de Victoire Meldec de passer à la moulinette de mes élucubrations.oiselle

Mais où a-t-elle été péché une pareille oiselle, vous demandez-vous sans doute ?

C’est vrai, je le reconnais, Victoire Meldec est une sacrée nénette. En fait, elle n’est pas apparue immédiatement dans le roman. Elle est un rajout. Ou plutôt une évidence. Le livre sans elle était bancal, et dès qu’elle est apparue, tout le récit, certes s’est modifié, mais surtout s’est construit de manière logique, fluide et juste.

(suite…)

Par Agnesb62, il y a

Polyvalence : rhubarbe et Indridason !

Ça fleure bon la compote de rhubarbe qui se démarre…rhubarbe

Bon ! Cela dit, j’ai fini voilà quelques jours le dernier opus d’Arnaldur Indridason, La Rivière noire. Il m’a fallu plusieurs livres pour pouvoir retenir son nom.

Je suis tombée dans la marmite des polars scandinaves avec Henning Mankell, comme beaucoup d’entre nous. J’ai continué avec Maj Sjöwall et Per Wahlöö, Jo Nesbo, sans connaître la frénésie Larsson que j’aborderai un jour, à n’en pas douter. J’aime bien ne pas toujours faire les choses dans le même sens que les autres.

(suite…)

Par Agnesb62, il y a

Trouver l’espace…

L’espace ? Temps ? Lieu ? Trouver à la fois le moment et l’endroit où je vais pouvoir me mettre au travail. Cesser d’avoir de bonnes raisons de ne pas me mettre à ma table et commencer à écrire. La tête pleine de pistes, mais incapable de les mettre noir Lire la suite…

Par Agnesb62, il y a

Relecture…

Une des principales difficulté de tout auteur(e) démarrant sa modeste activité reste bel et bien de jauger a admirationminima son style et l’intérêt de sa prose… Les proches sont, soit dithyrambiques – génial(e) ma/mon chéri(e), tu es tout bonnement génial(e) -, soit bien élevés – continue… persévère… accroche-toi… -, soit ils ne se mouillent pas en ne lisant pas – je ne pourrais pas être objectif/ve -, ce qui, somme toute, reste « dans le tas » la position la moins dégonflée, en tout cas la plus franche.

(suite…)

Par Agnesb62, il y a

Le temps qu’on met à écrire…

Il parait que certains auteurs ont une écriture facile, évidente, qui coule telle l’eau d’une source naturelle… Zont bien de la chance… Quand je relis les premiers brouillons de mon roman, « Méfiez-vous des contrefaçons », je rigole… Le résultat n’a rien à voir avec l’ébauche, des personnages y étaient inexistants, d’autres Lire la suite…

Par Agnesb62, il y a

Interview…

Hier, je me suis prêtée au jeu de l’interview sur le site des Éditions Hélène Jacob… Vu que j’ai pas mal à faire aujourd’hui, genre vidage de cartons (eh oui, y’en a encore !), jardinage avec replantage de pieds de tomates, nettoyage de jardinières, etc, et aussi boulot, boulot, boulot, Lire la suite…

Par Agnesb62, il y a