Rentrée musicale et féminine agnèles boucher autrice

Rentrée musicale et… féminine !

Depuis quelques années, je me suis découverte un véritable engouement pour vous parler de ces femmes qui ont vécu, créé, existé dans l’ombre des hommes, célèbres ou pas. J’ai eu donc envie de vous proposer une rentrée musicale et féminine.

(suite…)

L’imaginaire est la plus belle invention de l’être humain…

On évoque très souvent le jour de la sortie d’un livre. On parle beaucoup moins de celui où le livre est « enfin » terminé. Car ma question est : un livre est-il jamais achevé ?

Je viens d’envoyer à ma maison d’édition, les Éditions Hélène Jacob, le manuscrit qui sera peut-être mon prochain ouvrage éditéLogo EHJ par elle. Peut-être ? Parce que, fort logiquement, rien n’est jamais acquis et que le contenu doit satisfaire un comité de lecteurs exigeants.

J’avais fait une erreur sur la date à laquelle je devais rendre mon « devoir ». Je pensais qu’elle était fixée à début avril. Mon inconscient s’est rappelé à moi. Je l’aime bien mon inconscient… 🙂 Le 22 février, j’ai donc réalisé que le véritable délai était prévu au 3 mars. J’ai d’abord demandé une petite dérogation. Puis, bien que l’ayant obtenue, j’ai choisi de me donner à fond pendant dix jours et de ne penser qu’à l’achèvement de mon récit. Certes, il était quasiment bouclé. Quasiment seulement.

Je ne suis pas une fille très organisée. J’ai toujours l’impression que le temps est élastique. Du coup, je prévois moult choses à effectuer dans ma journée, ou ma semaine, et me retrouve parfois à devoir en faire plusieurs à la fois pour remplir les objectifs que je me suis moi-même fixés. Même si je me crée une planification, généralement assez légère, je me connais bien : la respecter est plus difficile. Et je suis pourtant la première à ressasser à mes coachés que les objectifs fixés sont de merveilleux boosters.

(suite…)

Écrire de bons dialogues

Suis-je moi-même capable de le faire ? Il est clair que d’avoir fréquemment des retours positifs pour ceux qui parsèment mes livres m’a toujours fait plaisir. Le dialogue, à mon sens, est la sève du récit. Sans doute est-ce pour cette raison que je leur accorde un soin particulier, sensible à leur musicalité et à leur réalisme aussi, tant sur le fond que sur la forme.

Rien ne m’est plus désagréable dans un livre, roman ou nouvelle, d’être « prise » par le récit et de tomber soudainement sur un dialogue bancal, ampoulé, voire mauvais. Au risque de paraître un peu triviale, selon moi, cela «  fout tout par terre ».

Audiard MichelMais pourquoi certains auteurs s’empêtrent-ils dans le travers du genre « je m’en vas te leur concocter des phrases hypra littéraires, ils ne pourront pas dire que je ne sais pas écrire »

Et bien je le leur dis, zou ! Ils ont tout faux.

C’est vrai, le français est une langue magnifique, qui se prête volontiers au « grand style », et à la « littérature ». Certes, mais le dialogue est avant tout du vécu ! Et nous ne sommes plus au temps de Stendhal ou de Balzac ! Le cinéma est passé par là, et il peut être un fabuleux outil d’explication de l’importance extrême d’un bon dialogue.

(suite…)

Par Agnesb62, il y a

Mes personnages : Léopoldine Hugo, lieutenante de police

J’ai un peu oublié de vous tenir au courant de mes personnages, pourtant celui dont je vais vous parler aujourd’hui a connu une sacrée mutation.carte police

Imaginez-vous que cette lieutenante fut en effet tout d’abord… UN LIEUTENANT !!!!

Non, il ne s’agit pas de transsexualité ! Oui, fortement imprégnée bien malgré moi des nos clichés judéo-chrétiens, machistes et paternalistes (c’est tout ??? 🙂 ), je n’avais glissé aucune figure féminine dans mon équipes d’enquêteurs. C’est à la relecture de ma prose que l’incongruité est apparue, me sautant quasiment au visage sans laisser de trace visible, je vous rassure.

(suite…)

Par Agnesb62, il y a

La genèse du premier-né

Souvent, les lecteurs se demandent comment vient l’idée d’un livre. Je le reconnais, je ne fais pas partie de ceux qui phosporent comme des bêtes pour trouver the idea du siècle, puis structurent leur boulot et verrouillent leur journée de travail. Sans doute ai-je tort, mais je n’ai jamais pu supporter les cadres… Mon côté rebelle sans doute J

OxfordBon, j’ai déjà expliqué que j’avais passé plusieurs années à cheval entre l’Angleterre et la France. Dans la seconde, mon temps était bien occupé. Outre-Manche, je me suis surprise au début à tourner un peu en rond. Oxford est quand même le trou du cul du monde, quoi qu’on en pense. Un week-end, c’est super. Après, on refait très vite les mêmes escapades… Alors très vite, il m’a fallu trouver un moyen d’occuper le temps.

(suite…)

Par Agnesb62, il y a

11 décembre 1964, Alma rejoint Gustav, Maria & Manon au cimetière de Grinzing

Il y a aujourd’hui cinquante ans, disparaissait à New-York mon « ogresse » favorite, Alma Mahler, veuve de Gustav Mahler. Petit extrait en forme d’hommage.
Grinzing… »Un peu plus tard, allongée sur son lit, la vieille dame entrouvre les paupières. Elle se souvient qu’un médecin est passé, sans doute le docteur Brendauer, ce vieil incapable d’exilé teuton. Il aura laissé une ordonnance et sans doute bien peu d’espoir. Anna est assise à son chevet, qui l’observe toujours avec la même anxiété.
− Ma petite chérie, il faut te faire une raison, je vais m’en aller un jour…
− Repose-toi Maman, le médecin a dit qu’il te fallait du calme.
− Ce médecin est un Juif et un crétin… Je vais simplement mourir.

(suite…)
Par Agnesb62, il y a

Mes personnages : Victoire Meldec, chauffeuse de taxi

Je poursuis donc mon inventaire à la Prévert de mes personnages. C’est au tour de Victoire Meldec de passer à la moulinette de mes élucubrations.oiselle

Mais où a-t-elle été péché une pareille oiselle, vous demandez-vous sans doute ?

C’est vrai, je le reconnais, Victoire Meldec est une sacrée nénette. En fait, elle n’est pas apparue immédiatement dans le roman. Elle est un rajout. Ou plutôt une évidence. Le livre sans elle était bancal, et dès qu’elle est apparue, tout le récit, certes s’est modifié, mais surtout s’est construit de manière logique, fluide et juste.

(suite…)

Par Agnesb62, il y a

Mes personnages : Tahar Agnelli, commissaire

L’autre jour, j’ai commencé à vous parler de mes copains les personnages. Réels ou fictifs, ils deviennent nécessairement sous ma plume un peu de moi-même. Je crois les tenir en main, quand soudain ils prennent leur liberté propre, et évoluent souvent comme ils le souhaitent.

Il y a aussi des personnages qui disparaissent. Je ne parle pas de ceux qui meurent pour les besoins de l’intrigue. Non, plutôt de ceux qui au fil de la relecture deviennent inutiles. J’ai même connu un personnage principal qui a cédé la place à un autre, beaucoup plus secondaire. Quand j’ai écrit la première mouture de Méfiez-vous des contrefaçons, le titre était différent et l’intrigue nettement moins dense. Bref, je n’ai pas été satisfaite.

Je ne sais plus de quelle façon le déclic s’est fait. Je crois que ce personnage secondaire m’a paru davantage porteur de agneauxsens que celui que j’avais pris comme boussole de mon récit. Et le commissaire Tahar Agnelli est passé sur le devant de la scène. Quant à l’ancien personnage principal, il n’est plus que cité dans Méfiez-vous des contrefaçons. Moralité, vous êtes à présent obligé de relire le livre de bout en bout pour le trouver. 🙂

En voilà un qui s’est nourri de moult références, réelles, littéraires, voire même cinématographiques. Son nom d’abord. Comme vous l’aurez remarqué, il sonne un peu comme mon prénom. En italien, agnelli signifie (parait-il, je crois Reverso, je ne cause pas la langue transalpine) agneaux…

(suite…)

Par Agnesb62, il y a

Finaliste du Prix Littéraire International Indépendant !

Pierrot aurait dit… l’essentiel est de participer !Annonce prix international indépendant

Le 8 septembre dernier, une collègue auteure du groupe des EHJ lance l’information sur notre groupe privé Face de Bouc… Le PRIX LITTÉRAIRE INTERNATIONAL ET INDÉPENDANT avait lieu, auquel nous pouvions participer.

À la lecture du site, je me suis dit, « why not ? » Je peux aussi vous la faire en version allemande… « Warum nicht ? »

(suite…)

Par Agnesb62, il y a

Alma Mahler, sacrée bonne femme

Jean-Luc Lamouché, un de mes amis sur Facebook, m’a très gentiment proposée d’écrire des articles dans sa revue hebdomadaire, Reflets du Temps. http://www.refletsdutemps.fr/J’ai accepté, et me suis bien sûr concentrée sur une de ces dames qui me passionnent…
Voici donc le premier essai d’une potentielle série…

Alma Mahler ne laisse personne indifférent, du moins pour ceux qui ont entendu parler de cette femme Alma Kokoschkainsolite. Certains la détestent lorsque d’autres l’adorent. Les premiers la considèrent comme responsable de la mort prématurée de son premier mari, Gustav Mahler. Les seconds, bien au contraire, la présentent en victime du désir et de l’ambition des hommes, muse d’artistes aux talents multiples. Certains — et surtout certaines — ont même été jusqu’à en faire une icône du féminisme. J’aurais tendance à dire que les trois sont faux, ou en tous cas, ne tiennent nullement compte des multiples facettes d’une personnalité à la fois empathique et manipulatrice. Alma Mahler privilégiait surtout ses rapports avec les hommes, et surtout les hommes d’exception, voire les génies, en tous cas les hommes célèbres ou en passe selon elle de le devenir. Elle avait un don incomparable pour séduire les artistes installés – pensons à Gustav Klimt, Gustav Mahler, bien sûr – et aussi à flairer ceux qui allaient devenir les références de leur temps : Oskar Kokoschka, Walter Gropius, dans une moindre mesure Franz Werfel.

(suite…)

Par Agnesb62, il y a

Se remettre au travail…

L’été a été chaud. Vous ne vous en êtes pas rendu compte ? ecrivain frustre

Certes, je ne parle pas de météo, mais de l’activité que j’ai déployée dans touts les domaines, sauf… l’écriture.

Cela engendre toujours chez moi un fort sentiment de frustration, parce que depuis plusieurs années, j’avais pris l’habitude de m’atteler à cette activité pendant au moins un tiers de mon temps.

(suite…)

Par Agnesb62, il y a

31 août 1879, naissance d’Alma Mahler…

Ok, ok, j’ai un jour de retard… Mais impossible de retrouver mes mots de passe pour mon blog alors que j’ai changé d’ordinateur… Ouf ! Me voilà sauvée 🙂

Alma âgée portrait Mahler… »La nuit tombe rapidement en cette saison. Bientôt Ida entrera avec le plateau et servira le thé. Alma déteste ce breuvage de malade. Mais à présent que son cœur est fatigué, le cardiologue lui refuse de boire du café. Elle pourrait lui désobéir et ne pas choisir entre ses deux boissons favorites. Elle a fini par se soumettre, en parvenant à négocier de conserver le xérès, évidemment. Ce soir, elle peine à garder les yeux ouverts. Sa tête dodeline sur son cou sans parvenir à se redresser. Pourquoi est-elle si fatiguée ? Il est vrai que sa mémoire ne lui laisse aucun repos, comme s’il lui fallait tout revoir du film de sa vie. Est-il temps de tirer sa révérence ? Et au fond, que lui importe ? Elle a conscience d’être passée à côté de l’essentiel même si elle refuse de l’avouer ouvertement, préférant que les autres continuent de croire le contraire.

(suite…)

Par Agnesb62, il y a